La griffe cartouchienne


Les interventions collagistes de Cartouche (chat "domestique")

Cartouche, dit Cartouche de La Cartouchière (alias Félisse Catusse), cohabite avec Verlan depuis maintenant plus de huit ans. Comme cela est coutumier aux chats, il s'est très tôt passionné pour les papiers de toutes sortes, les intégrant sans difficulté dans sa sphère de jeu; dans ces conditions, réaliser des collages en sa compagnie relève parfois de l'acrobatie, pour ne pas dire de la pure gageure. Les interventions collagistes de Cartouche peuvent prendre plusieurs formes : il est capable de vous sauter sur l'épaule alors que vous êtes en voie d'achever la découpe d'une pièce des plus précieuses, ou de semer la bérézina dans le champ des éléments coupés et agencés avec minutie ; il peut encore se coucher nonchalamment sur un collage en cours de réalisation, ou y promener un glaçon voué à la fonte (préalablement extrait d'un verre avoisinant), faisant ainsi preuve d'une insouciance frisant le délire. Enfin, last but not least, il usera volontiers de ses griffes pour marquer son territoire collagiste. Les interventions de Cartouche peuvent alors être classées en deux catégories : celles qui ne laissent pas (ou peu) de traces apparentes, et celles qui signent irrémédiablement son passage ; les griffures entrent sans conteste dans la deuxième classe.


La griffure cartouchienne : exemple par l'image

"La 318ième Vivisection" (détail)

Ce collage est, en quelque sorte, un work in progress (comprenez qu'il a un certain goût d'inachevé), Verlan y travaillant par à-coups depuis 1990. C'est un support de grand format (à l'échelle verlanienne), posé à même le mur de la collagerie , tout près du plan de travail collagiste (minimiser les déplacements intra-collagerie est une obsession verlanienne). La première intervention homologuée de Cartouche date du Mercredi 27 Novembre 1996 au soir. Cartouche, qui jusque là faisait montre d'une indifférence gentiment pacifique pour ce collage, s'est mis à bondir et à lacérer une zone définie, centrée autour d'un bâtonnet... Il faut dire à sa décharge que ce bâtonnet supporte un oiseau en papier, doté d'une plume! Cette première intervention sera suivie d'une autre, à quelques jours d'intervalle (le Samedi 30 Novembre 1996, dans la journée). Une autre fois, la plume sera retrouvée gisant sur le sol...

Témoin - involontaire - des deux premières interventions, Verlan restera étrangement passif , comme médusé. Assis sur un tabouret de bar, sirotant une petite douceur, il contemple le saccage qui se produit devant ses yeux, tout à la fois horrifié et fasciné par ce crime de lèse-collage en direct. Mais, au vrai, la collagerie et la cartoucherie ne sont-elles pas un même et unique lieu? Bien sûr, Verlan aura à coeur de colmater les dégâts sans délai, mais d'instinct il prendra soin de préserver la mémoire des interventions cartouchiennes, et même d'en souligner le tracé (cf photo).

Verlan

La collagerie

La cartoucherie

La loggi@